Vikram avance péniblement, son fardeau de plus en plus lourd,
mais il ne lâchera rien.
Pensées, jugements, croyances, Iphone, doutes, jalousies,
remords, tout est là et plus encore !…
Objet de la pensée, objet matériel, pour chacun la peur sait trouver
les bons arguments et nous persuader de
ne rien jeter.
Accumulation incessante.
La peur.
La peur de perdre, de mourir, de ne pas aimer, de ne pas être aimé,
de ne pas savoir, de ne pas avoir,
de ne pas avoir peur…
Toujours plus lourd
Mais bien sûr ceci est le point de vue de Vikram…
Épuisé par sa pénible marche, Vikram décide de s’accorder
une pause et s’arrête quelques instants à
la terrasse d’un café
à la radio on joue cette vieille chanson française,
Vikram écoute…
un doute s’installe dans son esprit
peut-être ?