Mon expérience à la fois dans le théâtre et le yoga m'amène à mener une réflexion sur les liens étroits entre ces deux disciplines.

En quoi ces deux pratiques peuvent-elles être liées et complémentaires dans une démarche spirituelle ?

Nous verrons comment, à travers différents points abordés dans les deux disciplines, à savoir le rapport au corps, l’attention, les émotions, l’expression de soi, l’intériorisation et l’extériorisation, les pratiquants peuvent dépasser des identifications de soi immédiates pour accéder à une autre conscience, plus large et unifiée.

Le rapport au corps

L'instrument du comédien est son propre corps dans toutes ses composantes physiques et émotionnelles. La prise de conscience de ses attitudes, ses gestes, le placement de sa voix constituent la base de son travail car c'est à partir de cela qu'il pourra modifier ses attitudes pour devenir "autre" et interpréter un personnage.

Dans le yoga, les postures physiques ainsi que la prise de conscience du corps et du souffle sont l'essentiel du travail.

La base du travail à la fois dans le théâtre et le yoga est donc la prise en conscience du corps dans sa globalité.

Lors de mon tout premier cours de théâtre j'ai été surprise lorsque le professeur nous a demandé en premier lieu de nous allonger, d'observer notre respiration, de ressentir les points de contact avec le sol, de bouger les doigts puis de lever très lentement une main à hauteur du visage et de la regarder comme si c'était la première fois que nous la regardions.

Ce moment a été très fort. Je ne m'étais absolument pas imaginée que l'on pouvait aborder le travail théâtral de cette façon. J'avais dans la tête l'idée que le théâtre se résumait à apprendre un texte et bien savoir le dire. J'allais bientôt découvrir toute la richesse et la profondeur du travail sur le corps. Le comédien travaille ses « gammes » avec toutes les composantes de son corps : gestes, émotions, attitudes, souffle…

Il y a beaucoup d’exercices inspirés du yoga dans le travail de préparation de nombreux  comédiens.

L'attention

Le premier entraînement pour un comédien consiste donc à pratiquer l'attention, tout comme le pratiquant de yoga.

Redécouvrir son corps ou le découvrir dans d'autres postures.

Dans de nombreux cours de théâtre que j'ai suivis les premiers exercices d'entraînement consistaient à être attentif à tout ce que produisait le corps : être attentif à sa propre gestuelle, comme la façon de marcher. Il s'agissait par exemple de porter son attention sur le contact du pied au sol, du déroulement du talon à la pointe.

On retrouve ces pratiques d'attention dans le yoga.

Le yoga propose d'expérimenter des postures, d'observer son corps dans ces postures, en étant conscient du positionnement, du souffle.

Le corps se retrouve dans des postures non quotidiennes, non automatiques et cela a un effet sur le mental.

Le comédien qui sait observer la gestuelle de son corps pourra la modifier pour devenir un autre que lui même. Il va changer des attitudes, des façons de se positionner ; il utilise son corps pour en faire quelque chose, et pour cela il doit être conscient de ce qu'il produit.

La plupart du temps au quotidien nous produisons des gestes automatisés, nous avons appris, pour revenir à cet exemple, à marcher il y a longtemps et nous ne sommes pas dans la conscience de la marche dans notre vie de tous les jours.

Le comédien réapprend à marcher, à regarder sa main comme si il la regardait pour la première fois car à partir de là il va pouvoir construire un personnage. Son corps étant son instrument il fait d'abord ses gammes : il marche, bouge, respire et parle dans la pleine conscience de ce qu'il est et produit. Il s'entraîne à jouer à partir de ce qu’il est.

Tout comme le yoga, les exercices d'entraînement de base du comédien le placent dans une posture de découverte, d'expérimentation, d'observation vis à vis de son corps.

Les émotions

Le corps n'est pas seulement physique mais on parle aussi de corps émotionnel. De la même façon qu'il le fait pour le corps physique, le yoga nous entraîne à observer nos sensations et émotions. Il s'agit de prendre une certaine distance vis à vis de celles-ci, de devenir un témoin.

C'est en prenant de la distance par rapport à ses propres émotions que le comédien pourra en faire quelque chose. C'est là encore un matériau dans lequel il puise pour construire ses personnages.

Le comédien doit être capable de cette observation et cette distance pour transmettre des émotions, cela ne saurait être des émotions à l'état brut, sans filtre, sans travail.

Il est dans la transmission et pas seulement dans l'expression. Tout comme le musicien et le danseur, il travaille son expression pour la communiquer, la transmettre.

C'est par une bonne connaissance de lui-même que cela est possible. Cette connaissance de lui-même, de son fonctionnement, de son souffle, peut être expérimentée par le yoga.

 

L'expression "des soi" et du Soi par le principe d'identification

Le troisième corps dont je parlerai ici est le corps spirituel. Le personnage joué par le comédien a un esprit propre. Il n'est certes pas indépendant du comédien : tout comme pour le corps physique et les émotions, l'esprit du personnage se forme à partir de ce qu'est le comédien. En construisant un personnage il laisse un autre venir en lui. On pourrait dire qu'il joue avec plusieurs dimensions de lui-même.

Dans la vie, qui peut être vue comme un vaste théâtre, les personnes jouent un rôle social mais la gamme de jeu reste la plupart du temps limité. Les gestes, la manière d'exprimer les émotions puisent souvent dans des automatismes et conditionnements. Il est souvent difficile de changer ses propres attitudes qui puisent dans des schémas qui ont tendance à se répéter. Mais l'être humain a la possibilité d'explorer plusieurs facettes qui sont autant de lui-mêmes s’il prend conscience de sa multidimensionnalité.  Le théâtre et le yoga permettent d'explorer ces facettes de manières différentes et complémentaires.

Le yoga ouvre le corps à différentes expériences et par là même ouvre l'esprit à ces nouvelles expériences.

Les différentes postures en yoga, l'expérimentation de nouvelles gestuelles en théâtre sont des champs d'expérimentation des différents "soi".

L'individu qui n'a pas conscience de l'aspect multidimensionnel de son être peut s'enfermer dans une identification à lui-même qui est limitante et enfermante. L'ouverture à des expériences qui permettent de s'identifier à d'autres que lui-même (ce "lui-même" qui est ce personnage social construit et parfois figé) offre une grande liberté à l'individu.

Le comédien s'identifie temporairement à des personnages mais il sait qu'il n'est pas ces personnages. C'est là le paradoxe du comédien pour reprendre le titre du livre de Diderot. Il est le personnage mais il n'est pas le personnage. Ce paradoxe pourrait être celui de tout homme qui sait qu'il joue des rôles dans la vie. Stanislasvky parle de "supra-conscience" de l'acteur qui doit être à la fois complètement dans le personnage, ses émotions, sa façon d'être et de penser tout en ayant une forme de distance.

Cela fait écho au yoga où le pratiquant fait corps avec des postures tout en ayant une position d'observateur.  Le principe d'identification peut être comparable à celui de l'acteur lorsque le pratiquant de yoga devient un cobra, un cygne, une tortue, le temps de la posture. Ce principe d'identification ne se limite pas à l'attitude prise par le corps, il peut aller jusqu'à devenir des éléments, le professeur de yoga peut proposer de devenir le soleil lors de la salutation au soleil, de devenir un objet lors de pratique de dharana sur un objet matériel ou encore de devenir le souffle. C'est dans ces aspects multiples que l'on peut parler d'une liberté sans limite. Dans ces pratiques, le petit soi peut devenir le vent, l'oiseau dans le vent, être toutes les parties de l'univers.

Il s'agit de se décentrer pour se recentrer. On élargit sa conscience, le centre étant partout, on perçoit que l'on peut être n'importe quelle partie du Grand Tout.

Les séances de yoga comprennent en général une méditation ou une relaxation puis une reprise de contact avec le corps physique : on ressent à nouveau la densité de son corps, le souffle qui va et vient, on s'étire, se relève lentement, on réintègre progressivement son personnage social.

 

Intériorisation, extériorisation, réunification

Le yoga et le théâtre sont deux disciplines complémentaires en ce sens où l'un travaille l'intériorisation et l'autre l'expression extérieure, tournée vers les autres. Des allers retours entre ces deux manières d'appréhender soi et le monde permettent d'élargir son champ d'expérience et de reliance, et d'expérimenter différents soi et par là même d'élargir la conscience.

Ce double mouvement, intérieur / extérieur, yoga / théâtre, rapport à soi / rapport aux autres fait écho à la dualité, l'alternance jour / nuit, expiration / inspiration. Cependant le yoga nous enseigne que cette dualité n'est qu'une illusion. Certes, nous l'expérimentons mais par delà cette dualité existe l'Unité qui réunifie les opposés.

Nous avons vu que le théâtre et le yoga permettaient tous les deux de vivre un instant tout en étant à une certaine distance de l'instant, l'observateur et l'observé se confondant. Plutôt que d'opposer intérieur et extérieur il s'agit de prendre conscience que les deux mouvements sont unis dans un Tout indivisible. Les opposés apparents ne sont que les deux faces d'une même réalité, tel que peut être réalisé en chacun l'union de Shiva et Shakti, l'énergie et la conscience non séparés.

Il est possible à tout moment d'être dans cette conscience, sentir que l'on n'est pas séparé des autres, des éléments, de l'univers tout entier. De part la distance prise par rapport à soi, le yoga et le théâtre peuvent amener à cette conscience. L'identification peut alors se faire à un Soi "supérieur" tel que décrit par les bouddhistes, un Soi qui se situe par delà la dualité et l'individualité, un Soi intemporel et illimité.

 

 

Théâtre et yoga apparaissent bien ici comme deux voies complémentaires de connaissance de soi et de Soi.

L'intériorisation que permet le yoga apporte une perception fine du corps, du souffle, du fonctionnement du mental, des émotions. Le yoga peut donc apporter au comédien une connaissance subtil de son propre fonctionnement et lui permettre de mieux exprimer les émotions qu'il a à transmettre.

L'extériorisation que permet le théâtre peut aider le pratiquant de yoga à mieux se recentrer. Après avoir exploré différentes facettes de soi à travers l'expression du corps et des émotions, il s'agit de se recentrer, avec le souffle notamment, et d'avoir une conscience plus aiguë de ces différents aspects de soi.

Inhérent à ces multiples facettes de soi et les transcendant, le Soi peut être perçu et vécu dans la pleine conscience de chaque instant.