Yoga et Rencontres, Rencontres et Yoga

 

Mon cheminement avec le yoga

A l’école primaire mon professeur de gym nous faisait faire de la relaxation et ça me plaisait bien.

Après des études  d’infirmières  et travaillant dans un gros service de chirurgie, je me suis inscrite à un cours de yoga pour soulager mon stress au travail.

Que d’effets apaisants, dynamisant m’ouvrant vers le relâchement, la fermeté.

Au bout de 4 ans, je suis partie sous d’autres latitudes voir si le soleil et la lune, nos astres bienveillants brillaient aussi bien.

Mis en sommeil du yoga puis reprise des cours une fois par semaine dans une association  après la naissance de mes 4 enfants.

« Je prenais alors du temps pour moi » et mettais mon petit dernier à la crèche.

Il n’appréciait pas du tout le brusque changement dans sa vie, cet abandon d’une heure et le manifestait :

«…et les sanglots longs des violons de l’automne blessent mon cœur d’une longueur monotone .Tout suffocant et blême, quand sonne l’heure je me souviens des jours anciens et je pleure… »   Paul VERLAINE

Oui, mais ça c’était avant, car maintenant du haut de ses 20 ans…!

Les enfants grandissants je repris un travail de nuit à mi-temps en maison de retraite, tout en suivant des cours de yoga.

Mais une question me poursuivait toujours :

« Comment faire entrer le yoga en maison de retraite ? »

Formation de yoga

S’offre alors à moi la possibilité d’intégrer une formation de professeur de yoga ; mais je me suis perdue avec ces gens là, leur type de yoga ne me convenait pas.

J’ai alors  repris des cours de yoga dans un village à coté de chez moi.

Stage de « son, chant et yoga »

Je décide alors de suivre un stage avec Laurence  sur le thème « le son, le chant et le yoga ».

Il ne reste qu’un hébergement sous tente.

A coté de moi, un monsieur installe son campement ; il est tout bronzé, discret, semble bien sportif, avec la gentillesse  au coin des yeux, le sourire qui vous éclaire : c’est Jeannot !

Pendant le stage il nous fait faire une séance de HATHA YOGA et nous parle tout aussi discrètement de son projet : « le yoga sur chaise pour personne à mobilité réduite ».

Stage : « le yoga et la santé physique et psychique »

L’année suivante je participe à un stage que  Laurence organise sur le thème : « le yoga, le corps et la santé physique et psychique ».

Je lui donne alors mes objectifs pour ce stage, elle m’écoute, elle m’entend.

Elle me demande de créer une séance de « yoga sur chaise »et de la présenter aux stagiaires, et là tout,  se met en place, tout parait  si simple : ma première séance de yoga sur chaise est née !

Superbe stage d’où je suis partie avec des  idées  de pratiques, des réflexions autour du yoga pour  la personne à mobilité réduite.

Laurence me rappelle que Jeannot organise des stages  de «  formation de yoga sur chaise », je m’y inscris dés mon retour : rendez vous pris pour le mois de septembre.

Mais entre le mois de mars et septembre je me devais  de créer, proposer un cours de « yoga sur chaise ».

Ouverture d’un cours de « yoga sur chaise » en EHPAD

Remontée à bloc, j’expose à ma directrice Aurélie S. mon projet d’ouverture dans la résidence d’un cours de « yoga sur chaise » adapté aux personnes à mobilité réduite.

Elle connait le yoga et m’autorise à ouvrir ce cours de yoga sur chaise.

Pour informer les familles et les résidents, je  lui présente  mes objectifs en quelques lignes.

Avec l’accord et la complicité des animatrices Karine et  Catherine, après le gouter je propose début Mai chaque mercredi de 16h a 17h30,   un cours de « yoga sur chaise ».

Nous nous installons dans le salon de coiffure.

Au début des cours présence de 2 personnes puis 6 puis 17 puis 20 ce qui m’oblige à former  2 groupes  car le salon de coiffure ne peut contenir que 4 fauteuils roulants et 6 personnes assise sur des chaises.

Mais il me manquait de suivre  le stage de Jeannot, ce qui fut fait en septembre 2014 à GRIMONE.

Stage de yoga sur chaise  avec Jeannot à Grimone

Belles rencontres, belles ballades, belles grimpettes.

Beaucoup d’infos, des mantras, des pranayamas, de l’empathie, de l’attention, de la bonté, de la beauté, de la générosité,  de la bonne nourriture spirituelle et végétarienne.

Et pour conclure le film du « yoga sur chaise » qu’il a réalisé avec l’aide  des résidents et des bénévoles des maisons de retraite de la drome.

Mais il me manquait toujours  des connaissances, sur le  fond,  la forme, et la pratique du yoga.

Formation  d’enseignant de Yoga de la Fédération Française des Ecoles de Yoga

Après plusieurs entretiens téléphoniques, Kristophe a accepté de m’accueillir dans son cours de formation d’enseignant de yoga.

Encore et toujours  des  rencontres

Mr A (89 ans) : il était présent à la première séance, montre les parties du corps quand je les énumère.
A la fin de la séance il me dit qu’il n’ jamais fait cela mais que ça lui plait et  qu’il reviendra, il est ébéniste.

Me B (80 ans) : elle se déplace en fauteuil roulant, elle était présente à la première séance, je lui installe un coussin sous les pieds, elle ferme les yeux, son visage s’est détendu tout au long de la  séance, ses yeux brillent de malice,  elle me dit qu’elle me fera de la pub !

La fille de madame C (95 ans) a voulu assister à la séance, elle ne reviendra pas la semaine prochaine mais sa maman peut revenir !

Me D (91ans) est très  angoissée, a   souvent mal au ventre et ne voulait pas venir a la séance ; l’infirmière souhaitait qu’elle y assiste.
Je lui ai laissé le choix, si vous me donner le bras nous allons à  la séance.
Elle m’a pris le bras et depuis elle fait partie des plus assidues du groupe.
Sa famille voit le changement en elle quand elle assiste à la séance.

Me E (72 ans) me demande des explications sur la respiration, quand on doit l’arrêter.
Depuis quelques semaines elle est porteuse d’une alimentation  entérale qui la nourrit, elle a beaucoup de difficultés pour l’accepter malgré les explications reçues ; mais elle continue de venir aux séances.

Me F (93 ans) se déplace en fauteuil roulant, les soignantes l’ont installée dans la salle sans que je m’en rende compte
Elle ne  s’est jamais exprimée en groupe ;
Elle prend la parole à la fin de la  séance  et me dit qu’elle veut faire travailler les jambes pour accentuer sa demande elle les  bouge.
Pendant toute la séance elle semblait dormir, je propose ensuite un massage du visage et j’enlève toutes les lunettes .
Elle se met soudainement à faire un « DO-HIN »et à masser son visage avec un superbe sourire, les yeux me piquent !
A la fin de la séance Me F se lève  de son fauteuil aidée par Mr L et se met à marcher.
Le yoga peut il faire des miracles !

Me G (90 ans) a déjà fait du yoga, elle commence et continue seule les mantras ; les autres dames sont surprises mais je sourie et laisse faire.

Me H (92 ans) esquisse quelques mouvements mais dit qu’elle a mal au ventre, mal partout, puis se calme, reste  assise pendant toute la séance.

Me I (92 ans) ne tient pas en place dés le début de la séance, demande l’heure sans arrêt, dérange les autres personnes.
Je suis obligée de la raccompagner dans sa chambre.

Me J (90 ans) a mal au dos mais assiste dans le calme, à toute la séance ; à la fin de la séance elle sera la première à partir  et à trotter comme un lapin !
Le pranayama avec le son « OM » est très apprécié, belle harmonie du groupe.
Fou rire général !

Me K (95 ans) a fait de grands progrès, elle veut participer a toutes les séances ne veut faire que du yoga !
Le travail sur les poignets est difficile à cause des douleurs dues à l’arthrose mais belle discussion en fin de séance  sur le lavage  du linge à la main.
Le yoga mène  à tout ou tout mène au yoga !

Mr L (97 ans) :c’est moi l’homme !
Lorsque nous pratiquons le pranayama avec les voyelles A -I -U -O  il me dit avec les yeux pleins d’étoiles :
« Le chant est beau » !

Me M (62 ans) est hémiplégique du coté gauche, elle  vient à condition que Mr N (80ans) qui est aussi hémiplégique (du même coté) vienne aussi !
Cela lui vide la tête. Est ce que je  peux respirer « en conscience » dans mon lit me demande t elle à la fin de la séance.

Me N (98 ans) souhaite travailler les poignets, elle jouait du piano.
« Ce n’est pas bien de hausser les épaules me disait elle ni de tirer la langue la maitresse n’appréciait pas ! Elle nous a quittés l’année dernière, elle disait : 
« La séance est comme une rivière ».

Namasté

 

Bernadette