Au fil des Mots

Simplement écrire.
Laisser défiler le stylo.
Telle une vague que l’on regarde aller et s’échouer.
Pause.
Tel le souffle que l’on sent aller et venir.
Suspension.
S’éveiller aux sensations.
Se sentir éveillé.
Être en éveil, non pas en veille.
Veiller tard éveillé.
Se réveiller éveillé.
Vivre éveillé.
Être éveillé. Aux autres, à soi, aux choses, au temps.
Savoir déguster le temps qui passe.
Se délecter de petites choses.
Reconnaître l’instant.
Faire de l’instant l’essentiel du temps.

La pensée trahit la plume.
Peut-on éteindre l’interrupteur de la pensée?
Ne serait-elle pas le commencement de toute chose chez l’Homme?
Peut-on sentir sans penser?
La non-pensée n’est-elle pas une pensée?

Vas-y encre!
Cours sur ces lignes!
Joue ton rôle sans te laisser brimer!
Avance encore et toujours!
Fonce! Mine baissée!
Déchire l’espace, ouvre-le largement, goulûment.
Libère-toi du carcan qu’on t’impose.
Ou ce carcan, bien réel, sache le maîtriser.
Perds-toi un moment, mais gagne quand même.
Laisse-toi manipuler par les doutes, mais manipule-les ensuite à ton tour.
Méfie-toi de l’immobilisme.
Mais profite de chaque instant d’immobilité.
Tout est une question de point de vue.
Se regarder en face, de biais, de dos…
Ne pas se regarder.
S’aimer.
Donner de l’amour autour de soi.
Offrir un peu de chaleur, un peu de bonheur.
Un sourire fait revivre.
Une caresse, la tendresse.
Just’un mot, un écho.
Un regard, ça repart.
Ecouter, aider.
Masser, aimer.

Pourquoi avoir l’angoisse de l’autre?
Pourquoi cette peur de ne pas être à la hauteur?
Respirer, aimer.
Encore, encore, encore, encore,…
Endors l’angoisse, endors la peur.
Relève la tête et souris apaisé.
Dans un mot ou sans un mot.
De toute façon ce sera beau.

Au fil des mots.
Les mots défilent.
Lentement.
Le temps s’étire, s’étiole,
S’envole…
Prendre son envol après une pause.
Se poser sur le temps.
Prendre son temps.
Prendre son espace. L’espace d’un instant.
N’être plus qu’un corps posé ici, maintenant.
Et prendre son temps.
Offrir le poids de son corps à la terre.
Offrir le poids de tout son corps, de tout son cœur, de toute sa tête.
S’offrir à la terre.
S’ouvrir à la terre.
Être présent au ciel,
L’énergie du haut.
Être traversé par cela.
Le haut, le bas.
Ces deux opposés se rejoignent
En mon corps, qui se fait réceptacle.
Réceptacle à énergie.
Réceptacle à soi.

Envie de respirer.
Besoin de souffler.
Respirer consciemment.
Souffler longuement.
Inspirer 1 expirer 2.
Amener la conscience sur le souffle.
Mais s’endormir sur lui…

Avoir envie de faire les choses.
Faire les choses dont on a envie.
Des choses simples.
Des petites choses qui sont là aujourd’hui.
Des choses un peu plus grandes qui seront là demain.
Des choses qui nous entourent.
Des choses qu’on entoure.
Avoir envie de ne rien faire.
Avoir envie de s’écouter.
S’écouter jusqu’au silence.
Le silence interne.
Ecouter ce silence.
Ecouter ce son.
Le son de ce silence est-il le son pur, le son du commencement, le son de l’univers? Ou est-il seulement le son qui reste lorsqu’il n’y en a plus aucun; c’est-à-dire finalement l’assemblage de tous ces sons qui ne sont plus?
Ce son est-il?
Ces sons sont-ils?
Cessons.

Je tricote des mots.
Avec trois doigts et un stylo.
L’ouvrage a l’avantage,
D’avoir ni but ni barrages.
Je tricote, tu tricotes, il tricote.
Des vrittis, des pensées emmêlées.
Des vrittis, des pensées, rien n’y fait.
Les aiguilles enchaînent vite les nœuds,
Sur un rythme effréné je n’y peux.
Pas de place pour le silence,
Shiva s’envole, la Conscience.

Bavardage intérieur, STOP!

Clarté du rien, VIENS!

OM NA MA SHI VA YA

Ecrire la nuit,
Sans cri, au lit.
Pas loin mon tapis,
Quelques heures ici.

Le Paon a fait le beau devant le Cadavre endormi.
La Sauterelle a bondi très haut vers le Soleil.
Bhastrika a rencontré RAM à la lueur d’une bougie.
L’Embryon se prépare, le bébé se réveille…

Ham Sa perpétuellement
Ham Sa profondément
Ham Sa longuement
Ham Sa largement

So Ham je suis le souffle.
Le souffle simplement.

Le souffle qui aide, qui guérit,
Qui sort des situations périlleuses,
Qui maintient au dessus des loups,
Qui apaise l’esprit et ses lois.

Le souffle qui remplace toute pensée,
Qui met du baume sur le corps,
Qui berce au son du coquillage,
Qui endort le cœur tourmenté.

So Ham je suis le souffle.
Le souffle simplement.

J’entends mon amour respirer,
Je peux le regarder dormir;
Est-il en train de rêver,
Pendant que j’essaie de dire…?

Pourquoi la volonté «  s’éloigne de moi quand j’ai le plus besoin d’elle?
Ailes de colombe, je veux guérir  » Séba

En cet après-midi ensoleillé,
Loin de moi la volonté.
Pourquoi ne pas percer le vrai,
Comme la dent de mon bébé?

Le vrai, le juste, l’écoute du corps.
Corps parlant, esprit malentendant.
Cœur oublié, énergie envolée.

Une impasse lourde de sens
Le Tamas, j’me ramasse…
En beauté.
La pesanteur me pèse.
Des images obstinantes
Des excuses lancinantes,
Ch’ui sur la mauvaise pente.
La pente des poids lourds.
La pente des esprits sourds…

Bâton érige-moi
Bâton dirige-moi

Dharana enchante-moi
Dharana oublie-moi

Qu’il est dur de s’aimer
Quand on ne sème pas.

Quand je suis yogarée,
Je ne suis plus qu’une moitié
De rien du tout.
Ch’ui dans l’flou.

L’éprouvante torpeur que je ressens,
Me plonge dans la peur du néant.

Ecouter une chanson
Dire un poème
Lire un texte.
Les comprendre, les entendre.
Les re-comprendre pour les prendre autrement.
Les ré-entendre pour tendre un fil allant…
…entre nous et le monde.

Et s’en allant,
Et s’en allant,
Dans le sens, dans le son,
Dans la chanson du texte.
Le texte devient poème.
Le poème se déploie dans la voix qui le dit.
Dire un poème est un acte pur.

Dharana enchante-moi
Dharana oublie-moi

Mais d’où me viennent ces pensées?
Laissons cela de côté.
Mais dormons,
Nous vous prions…

                                                  Chut

Caroline